Foire aux questions

Chanvre et lin, quelles différences?

Le lin et le chanvre sont des plantes intrinsèquement écologiques nécessitant très peu d’eau ainsi que peu d’intrants. Toutes les deux produisent des fibres végétales extraordinairement longues de haute qualité textile. Si les deux plantes sont facilement discernables dans la nature, leurs fibres sont très similaires en apparence. C’est pourquoi il est très compliqué de les différencier à l’œil nu. Seule une véritable étude microscopique permet de certifier la nature exacte de la fibre. Chez M. LECHENVRE le pourcentage de chanvre sur l’étiquette de nos produits est contrôlé en amont, par notre fournisseur de fil.

Nous pouvons néanmoins noter que la couleur naturelle des fibres de chanvre après le rouissage (lent processus de macération qui consiste à éliminer le liant pectique qui « cimente » les fibres de l’écorce sur la tige) tend vers un brun plus ou moins foncé tandis les fibres de lin paraissent plus grises.

Enfin, il est communément admis par les usagers que le lin a un aspect plus rugueux que le chanvre et se froisse davantage à l’usage. Aussi, un vêtement en chanvre a tendance à garder davantage la chaleur du corps lorsque la température extérieure diminue.

n.

Notre chanvre est-il certifié BIO?

Ce qu’il faut savoir c’est que la procédure de certification est très onéreuse pour les producteurs et beaucoup n’ont pas les moyens d’effectuer les démarches. De plus, rappelons que la certification biologique s’inscrit dans une volonté de nettoyer l’image d’une agriculture polluante qui abuse des produits issus de la pétrochimie. La culture du chanvre n’entretient pas ce même rapport à la certification biologique puisque les propriétés chimiques et la croissance rapide du chanvre ne nécessitent pas l’utilisation d’intrants pétrochimiques.

Comme nous en avons-nous-même fait l’expérience chez M. LECHENVRE, la culture du chanvre n’a pas besoin d’investissements supplémentaires pour atteindre un très bon rendement. C’est pourquoi, instituts, associations et professionnels du secteur à travers le monde s’entendent à considérer la culture du chanvre comme fondamentalement écologique, n’en déplaise aux rigoristes des certifications…

Quid de la filière chanvre textile en France?

Comme expliqué plus haut, même si nous nous sommes concentrés sur l’étape de la filature, c’est en réalité la rusticité de la filière dans son ensemble qui rend le chanvre inaccessible.

La filière française du chanvre textile en est à ses balbutiements malgré le fait que nous soyons le premier producteur de chanvre européen et deuxième mondial. Cela n’a pas toujours été le cas mais nous accusons un retard technologique colossal qui n’a jamais permis au chanvre textile de passer le cap de l’artisanat. Or aujourd’hui l’épanouissement d’une matière première se justifie immanquablement par la rentabilité de l’industrie qu’elle sous-tend.

En France, aucune machine agricole n’est véritablement équipée pour récolter le chanvre à destination d’un usage textile. De même, aucune chaîne de défibrage ne permet actuellement de défibrer le chanvre sur notre territoire. Les usines de filature pour fibres longues en Europe se comptent sur les doigts d’une main… Nous remercions ici notre tricoteur, le seul en France acceptant de tricoter une matière naturellement rebelle pour des machines construites pour le coton.

A travers notre projet, nous cherchons à justifier la nécessité de déployer des moyens conséquents pour la transformation locale d’une ressource polyvalente et naturellement écologique.

non felis leo libero. Lorem sit efficitur. risus. dolor ut Praesent Phasellus

Merci de me tenir informé.e

You have Successfully Subscribed!

RECEVOIR NOS BILLETS CHANVRÉS

You have Successfully Subscribed!